ASSURANCE

Promo assurance Protection des accidents de la vie (PAV)

SUPER PROMOS 
de printemps
 
 
DU 01 MARS
AU 03 MAI 2019
1 mois remboursé
1 mois remboursé
sur vos contrats
 
 
 
 
 
 
 
 
ACCIDENTS DE LA VIE
 

Lire la suite

Faire face aux frais médicaux des salariés expatriés

Faire face aux frais médicaux des salariés expatriés : un challenge pour les entreprises

Avec une inflation médicale mondiale actuellement de l’ordre de 8 %, le coût de la santé à l’étranger devient un enjeu de plus en plus important pour les employeurs d’expatriés. Mais peut-on maîtriser les frais de santé à l’international tout en s’assurant de la qualité des soins prodigués ? La réponse est oui : en s’appuyant sur des assureurs spécialisés, l’équation devient possible.

> Dépenses de santé à l’étranger : la nécessaire régulation

En cas de départ à l’étranger d’un salarié, un mot d’ordre : anticiper ! L’article du Code du Travail stipulant que l’employeur « doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs » reste bien entendu valable en cas d’expatriation.

Compte tenu de la qualité et accessibilité inégale des systèmes de soins dans le monde ainsi que des coûts très variables d’un pays à l’autre, optimiser les parcours de santé à l’étranger devient de plus en plus nécessaire. À titre d’exemple, le coût d’une simple consultation médicale privée connaît des variations importantes selon le pays :

Quant aux actes chirurgicaux, les tarifs s’avèrent encore une fois particulièrement hétérogènes :

 

> Contenir les frais médicaux à l’international : le rôle clé de l’assureur

Accompagner la régulation des dépenses médicales des collaborateurs expatriés est clairement l’un des rôles de l'assureur spécialiste de la santé à l'international. Pour cela, plusieurs actions indissociables :

  • conseiller les meilleurs établissements de soins aux expatriés en ayant dans certains cas recours à un second avis médical,
  • établir des relations pérennes et de confiance avec les établissements de santé locaux, notamment pour faciliter les négociations tarifaires.

Et le bénéfice est double :

  • les salariés accèdent à des soins qualitatifs et adaptés à leurs besoins, où qu’ils soient dans le monde,
  • les tarifs des soins s’avèrent raisonnables, permettant une maîtrise des coûts de police d’assurance.

En s’appuyant sur l’expertise d’un assureur spécialisé, les entreprises offrent à leurs collaborateurs expatriés des parcours de soins à l’étranger pertinents, à des tarifs compétitifs.

Votre conseiller AVENIR & SERENITE PATRIMOINE, courtier, sélectionne les meilleurs assureurs et propose des solutions d’assurance santé internationale pour les particuliers et les entreprises. Nous accompagnons les salariés, étudiants, stagiaires, PVTistes ou retraités avec une gamme complète et modulable de solutions d’assurance, adaptées à chaque profil d’expatrié et à chaque budget.

Contactez-nous sans tarder au 09 81 48 61 15 ou par mail.

Dépendance : vers une loi sur la perte d’autonomie

Un article de

Philippe Crevel

Directeur du Cercle de l'Épargne

Tiré de "Le courrier financier" du 12 décembre 2018

Annoncée à maintes reprises au cours de ces dix dernières années, la « grande loi » sur la prise en charge de la perte d’autonomie devrait être discutée en 2019. La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a engagé, début octobre, une consultation publique en vue de recueillir les avis et idées de citoyens sur la prise en charge des personnes âgées.

À travers des formats distincts, elle a, par ailleurs, invité acteurs du secteur, experts et bénéficiaires des dispositifs existants à s’exprimer sur la gestion de nos aînés et le financement de leur prise en charge.

Dans cette perspective, la DREES a publié une série de travaux mettant en exergue l’acuité de la problématique, tout particulièrement à travers la question primordiale de l’hébergement dont le coût constitue une charge difficile à assumer pour nombre de ménages. Selon une enquête menée en 2016 par la DREES auprès de 3 300 seniors résidant en établissement d’hébergement pour personnes âgées (EPHAD), une personne placée en EPHAD sur trois se voit contrainte de puiser dans son épargne ou vendre une partie de son patrimoine pour assumer la prise en charge de sa perte d’autonomie. De fait, pour un résident sur deux en EPHAD, le coût médian mensuel de l’accueil en institution et des services et soins associés s’élève à 1 850 euros après perception des allocations et des contributions des obligés alimentaires. Le statut de l’établissement constitue par ailleurs un facteur pouvant renchérir le coût de l’hébergement. Ainsi, dans les établissements privés à but lucratif la participation financière médiane des bénéficiaires est de 2 420 euros contre, 1 790 euros dans les établissements publics hospitaliers et 1 730 euros dans les établissements publics non hospitaliers. Or, le montant moyen des pensions de droit direct s’est établi, en 2016, à 1 389 euros. De fait, nombre de ménages ne sont pas en mesure d’assumer, avec leurs seules ressources courantes, ces coûts importants. Ainsi, seuls 19 % des résidents, déclarent dans l’enquête DREES disposer de ressources personnelles suffisantes pour assumer les frais d’hébergement.

L’épargne financière au service de la perte d’autonomie

Les seniors misent prioritairement sur le recours à leur épargne pour assumer les coûts engendrés par un placement en EPHAD. 27 % des résidents de maisons de retraite déclarent, en 2016, avoir déjà dû puiser dans leur épargne pour payer les dépenses liées à la dépendance, sans avoir mobilisé d’autres ressources exceptionnelles. L’aide financière de l’entourage n’est citée que par 11 % des seniors quand seulement 5 % évoquent la vente de leur patrimoine, signe des réticences des résidents pour cette troisième solution. Pessimistes, seuls 36 % de l’ensemble des résidents estiment pouvoir, à l’avenir, financer leur dépendance avec leurs ressources courantes quand 50 % pensent qu’ils seront contraints de puiser dans leur épargne pour supporter le coût lié à leur perte d’autonomie. Par ailleurs, 16 % envisagent qu’ils seront tenus de demander une participation d’un proche et 11 % de vendre du patrimoine. Un résident en EPHAD sur quatre estime qu’il sera contraint en plus de ses ressources courantes de puiser dans son épargne ou de faire appel à des proches pour financer les dépenses de dépendance et d’hébergement.

Dépendance : les seniors mal préparés

D’ici à 2050, en raison de l’arrivée à un âge avancé des baby-boomers, la France comptera près de 5 millions de plus de 85 ans, contre 1,5 aujourd’hui. Le nombre de personnes confrontées au risque de la perte d’autonomie devrait dès lors doubler tout comme les coûts afférents. Or, comme le révèle l’enquête « Habiter le quatrième âge au XXIe siècle » réalisée par BVA dans quatre grands pays européens (France, Allemagne, Espagne, Italie) pour Primonial REIM, les Français sont moins bien préparés que leurs voisins. Seuls 28 % des Français auraient pris des dispositions relatives à la dépendance, contre 35 % des Espagnols et 41 % des Allemands. Pourtant, un peu plus d’un Français sur deux (52 %) estiment devoir assumer seuls ce risque quand en Espagne ou en Italie, les solidarités familiales sont plus fortes.

*   *   *

Ne tergiversez pas, il faut faire un bilan de vos besoins et mettre en place les mesures adéquates ; prenez contact dès à présent avec votre conseiller AVENIR & SERENITE PATRIMOINE, au 09 81 48 61 15 ou par mail.