Votre complémentaire santé

Le 1er janvier 2016, vous serez obligé de proposer à vos salariés une complémentaire santé collective.

Vous êtes vous-même concerné par cette mesure si vous avez le statut de salarié, avec extension au conjoint et aux enfants.

En matière de santé, mieux vaut prévenir que guérir !

Attendre le dernier moment et agir dans la précipitation vous faire prendre le risque de proposer une complémentaire santé onéreuse qui ne satisfera pas tous vos employés. Prenez donc le temps de comparer les offres et de communiquer avec vos salariés.

  • ce choix est libre si aucun accord de branche n’est signé.
  • si un accord de branche est signé, vous devez respecter le minimum de couverture prévu.

La loi impose un socle commun que vous devez prendre en charge à hauteur de 50 % au minimum :

  • 100 % de la base de remboursement des consultations, actes techniques, l’ensemble des prestations remboursables par l’assurance maladie ce qui correspond au ticket modérateur
  • le forfait journalier hospitalier pris en charge intégralement
  • 125 % de la base de remboursement des soins, prothèses dentaires et orthodontie (y compris Sécurité sociale)
  • un forfait optique de (100 à 200 € selon la correction) tous les 2 ans sauf en cas de changement de défaut visuel et pour les enfants.

Mais vous pouvez faire le choix d'une couverture plus avantageuse que les niveaux de garantie plancher imposés par la loi ou votre accord de branche.

Sondez vos employés sur leurs dépenses de santé les plus fréquentes. Vous pourrez ainsi leur proposer l'offre qui correspond le mieux à leur besoin. Optez pour les contrats vous proposant outre le socle commun que vous devez prendre en charge des renforts optionnels individualisés qu'ils pourront ou non choisir de prendre à leurs frais, mais répondant vraiment à leurs besoins.

En contrepartie du caractère collectif et obligatoire, les cotisations patronales sont déductibles du bénéfice imposable de l'entreprise et ne sont pas soumises aux charges sociales (dans la limite des plafonds fixés par la loi).

La mise en place d’un dispositif de santé collectif prend du temps :

  • vérifier les dispositions existantes, 
  • choisir un mode de mise en place, 
  • définir les garanties et les prestations en fonction du profil de vos salariés, 
  • sélectionner l’organisme…

Votre conseiller AVENIR & SERENITE PATRIMOINE est là pour vous accompagner.

×