La retraite progressive

La retraite progressive constitue une solution attrayante pour les sexagénaires qui, faute de pouvoir prétendre à une retraite à taux plein, veulent lever le pied à leur travail - en passant à temps partiel - sans pour autant sacrifier le montant de leur future retraite entière. Avec ce régime, la retraite n'est pas définitivement liquidée et les cotisations sociales prélevées sur le salaire durant la poursuite de l'activité professionnelle à temps partiel servent pour le calcul de la pension de retraite complète qui sera versée au moment de l'arrêt définitif du travail. Pourtant, le dispositif est assez mal connu par les salariés.

Possible dès 60 ans

La retraite progressive est ouverte à partir de 60 ans, soit deux années avant l'âge légal de départ à la retraite. Concrètement, elle ne s'adresse pas à ceux qui peuvent déjà bénéficier du taux plein (à partir de 62 ans, N.D.L.R.). Pour eux, financièrement, il est plus judicieux d'opter pour le cumul emploi-retraite (en liquidant sa pension en totalité et en poursuivant une activité salariée limitée).

Pour bénéficier de cette retraite progressive, il faut cumuler deux autres conditions :

- justifier d'au moins 150 trimestres d'assurance retraite de base, tous régimes confondus (sauf régimes spéciaux tels RATP, SNCF, etc.);

- poursuivre une activité à temps partiel pour une durée comprise entre 40 % et 80 % de la durée de travail appliquée dans l'entreprise.

Avec l'allongement de la durée d'assurance requise, hormis les cas de départ anticipé pour carrière longue, la retraite progressive est le seul moyen de partir avant l'âge légal. Elle permet donc une semi-retraite à partir de 60 ans.

Une pension provisoire

Les modalités de calcul de la pension provisoire ont été modifiées en 2015 et, désormais, le montant de la fraction de la pension correspond à la différence entre 100 % et la durée de travail effectuée par rapport à un temps complet dans l'entreprise. C'est la règle des vases communiquant qui s'applique.

Par exemple, si votre temps de travail correspond à 30 % d'un temps plein dans l'entreprise, vous percevrez 70 % du montant de votre pension. Pour un temps partiel de 60 %, la pension correspond à 40 % de la retraite.

Le montant de la retraite progressive est calculé selon les mêmes modalités que celles appliquées à la pension définitive : le taux est minoré lorsque la condition de durée d'assurance requise pour le taux plein n'est pas remplie.

Exemple

Un salarié né en 1956 décide de prendre cette année

- à 60 ans

- une retraite progressive en continuant de travailler à temps partiel à 60 %.

À ce moment, il totalise 158 trimestres de durée d'assurance sur les 166 requis pour une retraite à taux plein. Son salaireannuel moyen (SAM), base de calcul de sa pension,est de 34 000 €.

• Calcul théorique de sa retraite de base : 34 000 € x 45 % (taux minoré du fait des 8 trimestres manquants) x 158/166 trimestres = 14 563 €/an.

• Montant de sa retraite progressive : 14 563 € x 40 % = 5 825 €/an, soit 485 €/mois qui viennent s'ajouter au salaire à temps partiel.

Chacun doit faire un arbitrage entre la réduction de son activité et la baisse de ses revenus. Plus votre salaire est élevé et plus grande sera votre perte de pouvoir d'achat.

Mise à jour annuelle

Par ailleurs, la liquidation étant provisoire, tout changement de situation est pris en considération. Chaque année, le bénéficiaire doit répondre à un questionnaire sur sa durée de travail que lui adresse la CNAV. Ne pas y répondre entraîne la suspension du versement.

En cas changement de la durée du temps partiel, la modification n'intervient toutefois pas immédiatement. La rectification est effectuée à l'issue de chaque période annuelle, à la date anniversaire de la retraite progressive.

Attention, toutefois, aux changements de situation. Si vous repassez d'un temps partiel à un plein-temps ou si vous exercez plusieurs temps partiels, le régime ne s'applique plus : votre pension temporaire ne vous sera plus versée.

Bonus à la liquidation définitive

Ce n'est qu'au jour où vous décidez d'arrêter totalement de travailler que votre retraite est définitivement liquidée lorsque vous en faites la demande, la liquidation n'étant jamais automatique dans le régime de base et auprès des régimes complémentaires. Le calcul de vos droits tient alors compte de la durée d'assurance accomplie depuis le début de la retraite progressive et des droits acquis au titre des cotisations prélevées sur vos salaires.

Exemple

Notre salarié (voir exemple plus haut) prendra sa retraite définitive en 2018 à 62 ans. Il aura alors acquis les 8 trimestres manquants aujourd'hui. Durant sa retraite progressive, ayant cotisé sur la base d'un plein-temps, son SAM est passé à 36 000 €. Sa retraite de base sera de : 18 000 €/an (36 000 € x 50 %- taux plein - x 166/166 trimestres), soit 1500 €/mois.

En tout état de cause, le montant de votre pension complète ne pourra pas être inférieur au montant qui a servi de base au calcul de votre retraite progressive. Même si une réforme intervient entre-temps.

Cotiser à taux plein

Comme tout salarié à temps partiel, afin d'améliorer le montant de sa future retraite (de base et/ou complémentaire), le bénéficiaire d'une retraite progressive peut demander à cotiser sur la base d'une activité à temps plein.

Le maintien de l'assiette de cotisations nécessite toutefois l'accord écrit de l'employeur, mentionné dans le contrat de travail ou dans un avenant.

Le calcul des cotisations s'effectue alors sur la base d'un salaire à plein temps reconstitué. Par exemple, pour un salarié rémunéré 900 € pour 80 heures de travail par mois dans une entreprise aux 35 heures (151,67 heures par mois), le salaire pris en compte est de : 1 706,29 €, obtenu ainsi : 900 € x (151,67/80). 

L'employeur peut décider de prendre à sa charge tout ou partie du surplus de cotisations salariales.

Besoin d'un bilan retraite personnalisé ? Contactez votre conseiller AVENIR & SERENITE PATRIMOINE.

 

×