Risque de contrepartie, de perte en capital

L’investissement dans des fonds ou mandats de gestion comporte un risque de perte (totale ou partielle) du capital investi. Cela tient au fait que les perspectives de développement des sociétés dans lesquelles les fonds investissent sont incertaines.
Il existe un risque de défaut des sociétés non cotées dans lesquelles 123Venture investit existe.

Risque de liquidité

Les opérations de capital investissement se caractérisent par l’investissement dans des actifs non cotés qui, par définition, sont pas ou peu liquides. La liquidité dépend de la capacité des fonds à céder rapidement ses actifs non cotés. Cette liquidité est notamment obtenue par la cession des titres à un autre professionnel du capital investissement, à un industriel ou par introduction en bourse.

Risque fiscal

Dans certains cas, un investissement dans certains OPCVM, mandats de gestion de capital investissement peut permettre de réduire l’impôt sur le revenu ou l’ISF (Impôt sur le Fortune) de l’investisseur. Cet avantage fiscal dépend du respect de certaines règles d’investissement, de la durée pendant laquelle les parts sont détenues et de la situation individuelle de l’investisseur.

Cet avantage fiscal est conditionné à la détention des parts pendant une durée de 5 ans au moins. Dans le cadre des fonds fiscaux, il est impossible d’obtenir le rachat des parts pendant la durée de vie du fonds même au-delà du délai fiscal de 5 ans.

Risque lié à la valorisation des titres en portefeuille

La valorisation des titres non cotés détenus pas les fonds est basée sur la valeur actuelle de ces titres. Cette valeur est calculée par référence à des transactions significatives récentes concernant les sociétés du portefeuille ou des sociétés comparables (cf. procédure relative aux méthodes de valorisation des lignes). Quels que soient la prudence et le soin apportés à ces évaluations, la valeur liquidative est susceptible de ne pas refléter la valeur exacte du portefeuille.

Risque de performance

Comme il est précisé dans tous les prospectus des fonds commercialisés par 123Venture, les performances passées ne préjugent pas des performances futures et aucune de nos performances ne peut être garantie.

Risque Actions

Certains fonds sont exposés au risque actions cotées (FCP 123Convictions et les parties libres des FCPI et FIP). Si les actions ou les indices, auxquels le portefeuille est exposé, baissent, la valeur liquidative du fonds pourra baisser.

Risque de change

Il s’agit du risque de baisse des devises d’investissement de certains fonds par rapport à l’euro. Le risque de change est limité par une allocation qui réduit à une faible part les actifs hors zone euro (en devise étrangère) et peut porter, pour certains fonds, au maximum sur une part de 40% de l'actif. L’évolution défavorable de la devise d’investissement par rapport à l’euro peut avoir un impact négatif sur la valeur liquidative des parts, les sociétés pouvant alors être évaluées à la baisse ou cédées à une valeur inférieure au montant espéré.

Risque de taux

La part de certains fonds investis dans les instruments de taux et d’obligations peut être soumise à un risque de taux. Le risque de taux est proportionnel à la part des actifs ayant un sous-jacent obligataire et porte au maximum sur une part de 60% de l'actif. La variation des taux, ainsi que la dégradation ou la défaillance d’un émetteur peut avoir un impact négatif sur la valeur liquidative des parts des fonds concernés.

Risques spécifiques à la SICAV 123Viager

 
  • Risques liés à la détention d’actifs immobiliers

Les actifs immobiliers sont des actifs physiques assez peu liquides, compte tenu de l’étroitesse du marché et des délais légaux et administratifs pour les acquérir et les céder. Par ailleurs, l’évolution de leur valeur répond à la fois à des considérations relatives à leur valeur intrinsèque et à l’évolution du niveau général des prix de l’immobilier ancien qui dépend de facteurs tels que le contexte économique et financier d’ensemble, l’inflation, le pouvoir d’achat des ménages, le niveau des taux d’intérêt, le degré d’accompagnement des politiques publiques du logement et le taux d’épargne des ménages. Ces facteurs sont difficiles à prévoir sur l’horizon de détention des actifs immobiliers de la SICAV. Enfin, l’évolution des réglementations techniques et environnementales peut interférer sur la valeur des actifs immobiliers existants.
 
  • Risque de longévité

Les actifs en viager sont acquis sur la base de l’espérance de vie théorique des vendeurs; la probabilité que la durée de vie effective d’un crédirentier soit supérieure à son espérance de vie anticipée est par construction égale à 50 %. Ce risque est contrebalancé par l’occurrence des décès prématurés dont la probabilité est également de 50%. La mutualisation vise à compenser ces effets, mais il subsiste un risque de longévité résiduel qui peut interférer sur la performance de la SICAV.