Changez de banque !

Le ministère des finances a mis en ligne son comparateur de tarifs bancaires*. Il vient compléter la longue liste d'outils permettant de comparer les prix des principales banques françaises, de Choisir-ma-banque.com à Panorabanques en passant par Le Lynx et l'UFC Que Choisir. Le consommateur a donc toutes les cartes en mains pour confronter les tarifs de sa banque à ceux de ses concurrentes. Car si les banques en ligne comme Boursorama, BforBank, ING Direct ou Fortuneo font de la gratuité des principaux services leur marque de fabrique, les banques de réseaux sont, en revanche, de plus en plus chères. La solution ? Changer de banque pour trouver moins cher.

Quitter sa banque? En théorie, c'est facile

L'opération est simple, mais souvent anxiogène. Il suffit pourtant de suivre la procédure pas à pas pour que tout se passe bien. Commencez par ouvrir un compte dans la nouvelle banque de votre choix. Ravi d'accueillir un nouveau client, cet établissement est là pour vous accompagner dans vos démarches, via son service « d'aide à la mobilité bancaire ». Concrètement, ce service peut se charger, en votre nom, de transmettre vos nouvelles coordonnées bancaires à l'ensemble des organismes ou sociétés qui réalisent des prélèvements ou des virements sur votre compte : fournisseur d'électricité, de télécommunications, impôts, sécurité sociale et mutuelle, employeur, etc.

Dans le détail, ça se complique

C'est à vous de fournir la liste complète des organismes à prévenir à votre nouvelle banque, qui dispose alors de 5 jours ouvrés pour leur envoyer votre nouveau RIB. Mais le délai de prise en compte dépend ensuite de chaque organisme. Il faut donc vérifier, dans la durée, que tous vos interlocuteurs ont bien modifié vos coordonnées. C'est là la partie délicate de la procédure : il faut veiller à approvisionner suffisamment votre ancien compte pour le cas où un organisme continue à y réaliser des prélèvements.

De même, il est possible qu'un chèque se présente sur votre ancien compte jusqu'à 1 an et 8 jours après son émission. Il faut donc pointer avec soin la totalité des chèques que vous avez émis ces derniers mois afin de vérifier qu'ils ont bien tous été débités. Votre ancien et votre nouveau compte bancaire vont donc cohabiter pendant quelques mois. Car si vous clôturez votre ancien compte et qu'un chèque se présente, votre ancienne banque le rejettera et vous risquez tout simplement d'être interdit bancaire.

Fonctionner avec deux banques pendant un certain temps

Il est recommandé d'utiliser son nouveau compte au minimum pendant six mois avant de clôturer l'ancien, pour s'assurer que tous les changements de virements et de prélèvements ont bien été réalisés. À noter, il sera bientôt plus simple de changer de banque : à partir du 6 février 2017, la nouvelle banque du client se mettra directement en relation avec l'ancienne banque pour lister les organismes à prévenir, puis envoyer le nouveau RIB. Il suffira au client d'en donner mandat à sa nouvelle banque.

Dernière étape, la fermeture du compte dans votre ancienne banque. Celle-ci dispose d'un délai de 10 jours ouvrés après votre demande pour procéder à la fermeture de votre compte courant, opération qui sera gratuite.

Pour les placements, des frais de transferts à prévoir

Reste à décider du sort de vos produits d'épargne. Pour votre livret A, votre LDD, LEP ou livret Jeune, le plus simple est de clôturer ces enveloppes, gratuitement, et d'en ouvrir d'autres dans votre nouvelle banque. En revanche, il n'est pas possible de procéder ainsi pour le Plan d'Epargne Logement (PEL) ou le Compte Epargne Logement (CEL) car vous perdriez leur antériorité fiscale.

Il faut donc en demander le transfert. La nouvelle banque se met en relation avec l'ancienne pour rapatrier non seulement le solde du compte, mais aussi ses caractéristiques techniques comme les droits à prêts et l'antériorité fiscale. Cette fois, l'opération vous sera facturée, entre 50 euros et 80 euros, par votre ancienne banque. La procédure est identique pour un compte- titres ou un Plan d'Epargne en Actions (PEA). La facturation dépend généralement du nombre de lignes du PEA. Par exemple, La Banque Postale facture 5 euros par ligne avec un minimum de 55 euros. De son côté, la Caisse d'Epargne Ile-de-France prévoit un forfait de 130 euros. Une facture élevée, mais qu'il est possible de réduire en négociant la prise en charge des frais de transfert par la nouvelle banque : cela fait partie de la négociation globale à l'ouverture de votre compte. Vous pouvez ainsi solliciter un rabais sur la cotisation de votre carte bancaire la première année, vous faire offrir une carte haut de gamme au prix d'une carte standard, ou encore demander la prise en charge des frais de transfert de vos produits d'épargne. Essayez ! Qui ne tente rien; ne gagne rien

Nouveau : comptes inactifs, des frais plafonnés

Depuis le 1er janvier 2016, les frais facturés par les banques sur les comptes dits inactifs sont plafonnés. Ils sont ainsi limités au solde créditeur du compte concerné, et/ou à un plafond réglementaire lié au type de compte. Pour les livrets réglementés (Livret A, LDD, etc.), aucun frais ne peut être facturé. Pour les PEA et les comptes-titres, les frais ne peuvent excéder ceux pratiqués pour les comptes actifs dans le même établissement. Enfin, les frais pour compte courant inactif sont plafonnés à 30 euros. Sont considérés comme inactifs les comptes sur lesquelles le titulaire n'a réalisé aucune opération pendant les 12 derniers mois. Par ailleurs, le titulaire ne doit pas s'être manifesté auprès de la banque dans ce délai, ni avoir effectué d'opérations sur un autre compte de l'établissement. C'est le cas, par exemple, pour un compte courant que vous auriez ouvert il y a quelques années, avant de changer de banque, sans chercher à le fermer.

 

*www.tarifs-bancaires.gouv.fr

BANQUE

×